One Voice avait saisi la justice pour signa­ler des “boite­ries, plaies, fonte muscu­laire, perte de motri­cité posté­rieure” des femelles. Elles ont été confiées à un refuge de la Loire. Article original