Ils assurent que le fameux “monde d’après”, cette société post-coro­na­vi­rus, ne sera pas qu’un slogan. Des voix exigent plus de soli­da­rité de la part des plus riches. Article origi­nal