Plusieurs pays euro­péens, qui souhaitent réduire leur dépen­dance vis-a-vis du gaz russe depuis l’in­va­sion de l’Ukraine, font appel à Alger. Article original