Si la Cour d’ap­pel de Paris valide du mandat d’arrêt inter­na­tio­nal visant le finan­cier présumé du géno­cide rwan­dais, celui-ci sera entendu par le Mécanisme inter­na­tio­nal, chargé d’ache­ver les travaux du Tribunal pénal inter­na­tio­nal pour le Rwanda. Article original