Privés cet été de clien­tèle étran­gère, les profes­sion­nels du tourisme doivent se réin­ven­ter dans l’oe­no­tou­risme. Article original