Selon la justice, l’éta­blis­se­ment n’avait plus l’au­to­ri­sa­tion d’ac­cueillir des enfants depuis 2013. Article origi­nal