Ils dénoncent une “tenta­tive ouverte de faire pres­sion” sur le média de la part du gouver­ne­ment natio­na­liste du Premier ministre Viktor Orban. Article original