“Il faut qu’on rende de l’at­trac­ti­vité à notre secteur d’ac­ti­vité car on a perdu beau­coup d’emplois”, estime Thierry Grégoire, président de la branche saison­niers à l’Umih. Article original