Habitués à la vente direct au domaine, des vigne­rons d’Indre-et-Loire ont décidé d’op­ter pour le drive. Une manière de s’adap­ter à la crise sani­taire et d’es­sayer de faire face à ses consé­quences écono­miques. Article origi­nal