Faute de touristes, les proprié­taires de loge­ments Airbnb n’ont quasi­ment plus de clients, et donc, de rentrées d’argent. Certains sont obli­gés de vendre pour rembour­ser leur crédit, d’autres se tournent vers la loca­tion meublée. Article original