“D’ailleurs les inves­tis­seurs reviennent”, souligne Stéphane Foucart, un jour­na­liste auteur d’une enquête sur Monsanto, même si cet accord ne solde que “trois quarts des plus de 120 000 plaintes qui sont en cours”, rien qu’aux États-Unis. Article original