L’homme risque une lourde peine de prison, voire la peine de mort, s’il est condamné pour une série d’ac­cu­sa­tions tombant sous le coup de la loi indo­né­sienne sur la protec­tion des enfants. Article original