Près des trois quarts des sala­riés fran­çais ont vu partir des collègues au cours de ces douze derniers mois. Et ils ne sont pas contents de la façon dont ça s’est passé. Article original