Avec la déva­lua­tion de la devise locale, de nombreuses domes­tiques éthio­piennes sont mises à la porte par leurs employeurs sans être payées. Article original