La dernière exécu­tion offi­cielle dans ce régime auto­ri­taire remonte à 2014, selon Amnesty inter­na­tio­nal, mais le gouver­ne­ment est régu­liè­re­ment accusé de dispa­ri­tions forcées, déten­tions arbi­traires et tortures. Article original