Son direc­teur évoque une crise “sans précé­dent” et ne prévoit pas de retour à la normale du trafic avant 2022–2023. Et encore, à condi­tion qu’il n’y ait pas de “deuxième ou troi­sième vague” d’épi­dé­mie de coro­na­vi­rus. Article original