Ces “brigades” sani­taires, bapti­sées “anges gardiens” par le ministre de la Santé, sont char­gées de faire remon­ter la liste des cas contacts après avoir inter­rogé les patients atteints par le coro­na­vi­rus. Article original