L’une des consé­quences heureuses du confi­ne­ment, est que les animaux se réap­pro­prient les terri­toires délais­sés par les humains. Article origi­nal