Une étude récente démontre que certains animaux s’adaptent au réchauf­fe­ment clima­tique. Les oreilles et le bec, les pattes et la queue, ces proémi­nences qui leur permettent de régu­ler leur tempé­ra­ture interne, augmentent peu à peu. Article original