Le virus est légè­re­ment sensible à la chaleur et à l’humidité mais il ne devrait pas dispa­raître cet été. Il pour­rait reve­nir l’hi­ver prochain, d’après des cher­cheurs de l’uni­ver­sité de Princeton (Etats-Unis). Article original