Le nouveau président burun­dais, fruit d’un compro­mis poli­tique, a la répu­ta­tion d’être un homme plus ouvert que son prédé­ces­seur, Pierre Nkurunziza. Article origi­nal