Les modi­fi­ca­tions, qui n’ont pas encore été arbi­trées, doivent inter­ve­nir à partir de juin. Le chômage partiel a permis jusqu’ici d’éviter des licen­cie­ments massifs. Article original