Le pouvoir algé­rien profite de l’épidémie pour répri­mer la contes­ta­tion qui secouait le pays depuis début 2019. Et ce procès prévu ce mercredi 27 mai est emblé­ma­tique de cette poli­tique. Article original