Pour Yves Veyrier, “l’urgence” est ailleurs. Aussi, le diri­geant syndi­cal demande au nouveau Premier ministre de s’occuper des “emplois en danger, de manière massive”. Article original