Les espèces inva­sives sont géné­ra­le­ment consi­dé­rées comme une pure cala­mité. Mais des cher­cheurs insistent : ces espèces décriées ont aussi des effets posi­tifs. Article original