Les entre­prises de l’agroa­li­men­taire pour­raient à terme réper­cu­ter des hausses de coût liées à l’aug­men­ta­tion des prix des matières premières, à la main­te­nance des outils de produc­tion ou à l’achat d’équi­pe­ments de protec­tion pour les sala­riés. Article original