Conséquence du confi­ne­ment, les goélands du Mont Saint-Michel ont perdu leurs repères et n’hé­sitent pas à piquer de la nour­ri­ture dans les mains des touristes. Article original