Le mili­taire, accusé par ses adver­saires de vouloir instau­rer une dicta­ture mili­taire, est soutenu par des acteurs régio­naux impli­qués dans le dossier libyen, comme l’Egypte et les Emirats arabe unis. Article original