L’approbation de cette loi inter­vient un peu plus de trois semaines après la rati­fi­ca­tion sans vote d’un texte régis­sant l’élec­tion du futur président et favo­ri­sant l’homme fort de l’Est, Khalifa Haftar, au grand dam des auto­ri­tés de Tripoli. Article original