L’Italie manque de bras pour ramas­ser les légumes et les fruits, mais ne veut pas plus d’immigrés. Or, les Italiens ne se bous­culent pas dans les champs de Sicile pour ramas­ser les tomates pour quelques euros par jour. Article original