Cette liste permet­tait de connaître le véri­table proprié­taire d’une entre­prise instal­lée sur le sol fran­çais. Sa suspen­sion appli­quée au 1er janvier, sans commu­ni­ca­tion offi­cielle, suscite quelques inter­ro­ga­tions. Article original