Cette possi­bi­lité est notam­ment due à la réforme du ferro­viaire qui permet au groupe public de ne plus rever­ser de divi­dendes à l’État, a expli­qué, jeudi soir sur fran­ceinfo, Guillaume Pepy, le président du direc­toire de la SNCF. Article origi­nal