Les élec­teurs ont plébis­cité le parti au pouvoir, porté par sa gestion de la crise sani­taire. Article original