Selon Amnesty International, deux mili­tants des droits de l’Homme étaient “filés” depuis 2017 par logi­ciel inter­posé. Une nouvelle affaire qui met en cause le concep­teur du logi­ciel : NSO Group. Article origi­nal