Le président algé­rien a estimé dans un message que la répres­sion meur­trière du 17 octobre 1961 montrait “l’hor­reur des massacres abjects et des crimes contre l’hu­ma­nité qui reste­ront gravés dans la mémoire collec­tive”. Article original