Alors que la France vient de recon­naître, 60 ans après les faits, le massacre du 17 octobre 1961, des épisodes sanglants de la guerre d’Algérie ont souvent été passés sous silence. Le travail de mémoire doit se pour­suivre des deux côtés de la Méditerranée. Article original