Le coif­feur et les clients présents ont été verba­li­sés. En cas de réci­dive, le coif­feur risque une ferme­ture admi­nis­tra­tive, explique France Bleu Hérault. Article origi­nal