Alors que le port du masque sur le visage se géné­ra­lise et risque de durer, des cher­cheurs travaillent pour le rendre de plus en plus perfor­mant. Article origi­nal