Nathalie Devillier, juriste spécia­liste du numé­rique, réagit à l’annonce par l’Union euro­péenne de prin­cipes éthiques pour l’intelligence arti­fi­cielle. Article origi­nal