Dans le contexte de l’affaire Georges Floyd aux États-Unis, le géant améri­cain de l’informatique plaide pour une utili­sa­tion plus éthique des tech­no­lo­gies. Mais il ne rejette pas entiè­re­ment leur usage dans la police. Article origi­nal