Pour la porte-parole du collec­tif inter-hôpi­taux de Rennes, “la solu­tion, c’est d’avoir un salaire horaire décent et d’être plus nombreux de manière à pouvoir appli­quer les 35 heures”. Article original