Selon Force ouvrière, le groupe Astek aurait demandé à des sala­riés de recon­naître une faute grave fictive pour pouvoir être indem­ni­sés. Les syndi­cats affirment que l’en­tre­prise, mal en point, veut éviter un plan social. Article original