Depuis des années, l’Union afri­caine reven­dique “au moins deux sièges perma­nents”, avec droit de veto, au sein de cet organe des Nations unies. Article original