48 heures après la tempête meur­trière en Corse, des vacan­ciers ont quitté l’île, beau­coup sont restés. Des campings sont deve­nus de véri­tables chan­tiers et l’ambiance reste lourde. Article original