L’ONG invite les insti­tu­tions finan­cières privées à suspendre le service de la dette des Etats les plus vulné­rables, à l’ins­tar des créan­ciers publics bila­té­raux. Article original