Le député de la majo­rité a été mis en cause dans ces docu­ments à cause d’une société écran créée aux Seychelles en 2010 par l’un de ses anciens asso­ciés. Article original