Le Parquet natio­nal finan­cier s’in­té­resse à une société que l’an­cien président du FMI détient au Maroc, qui lui aurait permis d’être exonéré d’im­pôts. Article original