Parmi ces personnes figurent des élus locaux mais égale­ment des fonc­tion­naires de l’Éducation natio­nale ou l’aide sociale à l’en­fance. Toutes sont soup­çon­nées d’avoir consulté massi­ve­ment des conte­nus pédo­por­no­gra­phiques. Article original