C’est une avan­cée fran­caise. Grâce à des travaux du Centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique (CNRS), on comprend mieux comment la chauve-souris peut héber­ger des virus sans tomber malade. Article original