Dix jours de ratis­sage à la fron­tière des deux pays ont permis de montrer que la Côte d’Ivoire ne consti­tue pas une zone de refuge pour les terro­ristes du Burkina. Article original